Menu

2006 / Tchad / 1h35

Daratt, saison sèche

De Mahamat-Saleh Haroun

Drame Guerre

Réalisateur et scénariste : Mahamat-Saleh Haroun
Interprètes : Ali Barkai, Youssouf Djoro, Aziza Hisseine, Djibril Ibrahim…
Photographie : Abraham Haile Biru
Distribution : Pyramide 

Séances

vendredi 20 mars 2020
18h30 / Le Vox, Mayenne

samedi 21 mars 2020
20h30 / Cinéma Vox, Renazé

2006 / Tchad / 1h35

Daratt, saison sèche

De Mahamat-Saleh Haroun

Drame Guerre

Tchad, 2006. Le gouvernement a accordé l’amnistie à tous les criminels de guerre. Atim, 16 ans, reçoit un revolver des mains de son grand-père pour aller retrouver l’homme qui a tué son père… Atim quitte son village et part pour N’djaména, à la recherche d’un homme qu’il ne connaît pas. Il le localise rapidement : ancien criminel de guerre, Nassara est aujourd’hui rangé, marié et patron d’une petite boulangerie… Atim se rapproche de Nassara, lui fait croire qu’il cherche du travail et se fait embaucher par lui comme apprenti boulanger, avec la ferme intention de le tuer…

.
Daratt est avant tout le récit initiatique d’un jeune homme sur la vengeance et le pardon. Comment comprendre le monde et la société quand on a 16 ans dans un pays déchiré par une guerre civile qui dure depuis des décennies ? Comment mesurer le bien et le mal quand on a grandi sans père ? Comment ne pas s’attacher au père de substitution qui lui apprend un métier, mais qui a tué son père à la guerre il y a des années ?…

Un film implacable et fascinant sur la rédemption, qui a reçu le Prix spécial du jury au Festival de Venise en 2006 et l’Étalon de bronze de Yennenga au Fespaco, Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou en 2007.

> Lien vers le dossier de presse

Mahamat-Saleh Haroun a vingt ans lorsque la guerre civile éclate au Tchad : il part pour la France, où il suit des études de cinéma puis de journalisme. Entre 1991 et 1996, il réalise plusieurs courts-métrages dont Maral Tanié (1994). Premier réalisateur tchadien de l’Histoire, le déchirement de son pays est au cœur de tous ses films, à commencer par son premier long-métrage Bye Bye Africa (1999), Prix du Meilleur premier film à Venise. Viennent ensuite Abouna (2002), sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs puis Daratt (2006) – Prix Spécial du Jury à la Mostra de Venise. En 2010, Un homme qui crie obtient le Prix du Jury à Cannes ; en 2014, Grigris est en Compétition officielle. En 2016, il réalise le documentaire Hissein Habré, une tragédie tchadienne. Il est l’auteur d’un roman, Djibril ou les ombres portées paru en 2017, et est ministre du développement touristique, de la culture et de l’artisanat du Tchad depuis 2019.

Galerie photos

  • Daratt, saison sèche
  • Daratt, saison sèche
  • Daratt, saison sèche
  • Daratt, saison sèche