Menu

1960 / Suède / 1h29

La Source

De Ingmar Bergman

Drame Policier

Réalisateur : Ingmar Bergman
Scénario : Ulla Isaksson
Interprètes : Max von Sydow, Birgitta Valberg, Gunnel Lindblom
Photographie : Sven Nykvist
Musique : Erik Nordgren
Distribution : Carlotta Films

Séances

samedi 09 mars
16h15 / Le Vox, Mayenne

mardi 12 mars
16h30 / Cinéville, Laval

1960 / Suède / 1h29

La Source

De Ingmar Bergman

Drame Policier

Au XIVe siècle, dans la campagne suédoise. Karin, fille unique d’un riche fermier, doit se rendre à l’église du village voisin pour y porter des cierges. Sa soeur adoptive Ingeri part avec elle mais l’abandonne en chemin. Karin va alors croiser la route de trois bergers aux intentions douteuses…

La romancière suédoise Ulla Isaksson signe le scénario, deux ans après leur première expérience sur Au seuil de la vie. Il s’agit de l’adaptation d’une ballade médiévale suédoise intitulée La Fille de Töre à Vänge, qui conte l’histoire malheureuse d’une jeune vierge violée et assassinée, du corps de laquelle va jaillir une source. Bergman et Isaksson restent fidèles à l’esprit de la ballade en respectant sa part de poésie et de cruauté. Conte de fées, tragédie chrétienne, légendes païennes se mêlent tout au long de cette œuvre visuellement stupéfiante, influencée tout autant par la peinture flamande que par l’art gothique. La Source est acclamé au Festival de Cannes où il reçoit une Mention spéciale, et à la prestigieuse cérémonie des Oscars où il est consacré Meilleur film étranger. En 1972 le réalisateur américain Wes Craven signera un remake, avec le film d’horreur La Dernière Maison sur la gauche.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité de certains spectateurs.

Auteur d’une cinquantaine de longs-métrages réalisés entre 1946 et 2003, Ingmar Bergman occupe une place essentielle dans le patrimoine cinématographique mondial. Influencé aussi bien par le cinéma français des années 1930 que par le néoréalisme italien ou le romantisme allemand, le « magicien du Nord » n’a eu de cesse d’autopsier les rapports familiaux et amoureux, mais aussi sa lucidité face à la vie de couple et à la famille. Ses films sont emprunts de questions existentielles et de thèmes métaphysiques. Il remporta de nombreux prix durant sa carrière dont l’Oscar du meilleur film en langue étrangère à trois reprises. Il reçoit en 1997 à Cannes « La Palme des Palmes » le sacrant meilleur réalisateur de tous les temps.

Galerie photos

  • La Source
  • La Source