Menu

1953 / Suède / 1h38

Monika

De Ingmar Bergman

Drame

Réalisateur : Ingmar Bergman
Scénario : Ingmar Bergman, Per Anders Fogelström 
Interprètes : Naemi Briese, Harriet Andersson, Lars Ekborg
Compositeur : Erik Nordgren
Photographie : Gunnar Fischer 
Distributeur : Carlotta Films

Séances

mardi 19 mars
13h40 / Cinéville, Laval

1953 / Suède / 1h38

Monika

De Ingmar Bergman

Drame

Livreur de boutique vivant seul avec un père veuf, Harry (Lars Ekborg) rencontre Monika (Harriet Andersson), une jeune fille éprise de liberté. Elle abandonne sa famille nombreuse, lui son poste de sous-fifre, et ils naviguent vers l’archipel suédois pour un été d’aventure. Après cet été insouciant, le couple est confronté à la dure réalité du quotidien lorsque la jeune fille tombe enceinte.

L’histoire d’amour clandestine adaptée d’un roman de Per Anders Fogelström est racontée de façon à montrer la réelle soif de liberté et la légèreté de ses personnages évitant les contraintes de la société. La caméra nous place au milieu d’eux, elle semble vouloir nous placer en troisième personnage comme un témoin de cet amour et de cette aventure, ce qui plonge le spectateur au cœur de l’histoire. Leur bateau joue un rôle très important dans ce film, il représente leur liberté et leur amour, aussitôt qu’il a des problèmes, des difficultés surviennent en parallèle dans leur escapade. L’archipel dans lequel le jeune couple se réfugie lui permet de se relaxer, il est montré comme un paradis où le jeune couple vit avec la nature et navigue en toute liberté ; seulement l’été n’est qu’éphémère.

Film programmé dans le cadre du dispositif scolaire Ciné-lycéens

Auteur d’une cinquantaine de longs-métrages réalisés entre 1946 et 2003, Ingmar Bergman occupe une place essentielle dans le patrimoine cinématographique mondial. Influencé aussi bien par le cinéma français des années 1930 que par le néoréalisme italien ou le romantisme allemand, le « magicien du Nord » n’a eu de cesse d’autopsier les rapports familiaux et amoureux, mais aussi sa lucidité face à la vie de couple et à la famille. Ses films sont emprunts de questions existentielles et de thèmes métaphysiques. Il remporta de nombreux prix durant sa carrière dont l’Oscar du meilleur film en langue étrangère à trois reprises. Il reçoit en 1997 à Cannes « La Palme des Palmes » le sacrant meilleur réalisateur de tous les temps.