Menu

Rétrospective Guru Dutt

Disparu en 1964 à l’âge de 39 ans, Guru Dutt est à la fois un produit des studios de Bombay et un auteur complet : acteur, réalisateur et producteur. Il débute avant la révolution des deux grands cinéastes bengalis, Satyajit Ray et Ritwik Ghatak, et intègre les conventions du système des studios — sujets mélodramatiques, omniprésence des chansons, intermèdes comiques — en les détournant vers sa poétique personnelle. On découvre ici deux de ses films majeurs : dans son chef-d’œuvre, L’Assoiffé (Pyaasa, 1957), un poète méconnu, célébré lorsqu’on le croit mort, choisit de tourner le dos au monde. Après l’échec de Fleurs de papier (Khaagaz ke phool, 1959), il abandonna la réalisation et confia à son scénariste Abrar Alvi Le Maître, la Maîtresse et l’Esclave (Sahib bibi aur ghulam, 1962), vision plus historique de l’Inde au tournant du XXe siècle.

Dutt se permet une totale liberté dans la narration. Le degré de réalité de ce qu’on voit n’est jamais garanti, l’intrigue connaît de longues pauses et des accélérations vertigineuses, la lumière contrastée, la musique (du grand compositeur bengali Sachin Dev Burman) et les paroles des chansons déterminent, commentent ou élargissent l’action.